L'usine familiale
DUPUY & Cie
A St Roch avant l'incendie de 1906

   
   
   

Le personnel de l'usine en 1913 à l'Houmeau

(Extrait des mémoires de Frédéric HUAULT)

                Quelques mois plus tard en octobre 1906, un orage grondait au loin à l'heure du dîner. Cet orage m'impressionnait et m'empêchait de dîner. Après le dîner nous nous couchions. Odette était à Paris. Vers 10 heures et demi l'orage était sur la ville et faisait rage, quand soudain Maria notre vieille bonne, dans la chambre de laquelle couchait André se précipitait dans la nôtre, nous disant que le feu était au-dessus de nous dans l'usine. En effet une grande partie des fenêtres de l'atelier crachaient déjà des flammes. Quelques personnes nous dirent plus tard qu'elles avait vu la foudre tomber sur l'usine.

Nous commencions à entendre éclater les tuiles et les morceaux tomber dans le jardin. Ma femme, ma belle-soeur Marthe, et ma belle-mère se sauvèrent en chemise de nuit. J'enfilais une culotte et sortait avec l'un de mes enfants, Maria emportant l'autre.

Le sinistre prit de telles proportions en quelques minutes, qu'il me fut impossible d'aller délivrer mon pauvre chien de chasse et à plus forte raison de chercher à sauver quoi que ce soit......

Dans notre cas le désastre était encore plus grand, nos appartements étaient au-dessous de l'usine, ils étaient anéantis sans possibilité du moindre sauvetage. (L'usine étaient construite à flanc du coteau St Roch, son rez-de-chaussée au niveau de la rue, tandis que les appartements débouchaient sur le jardin en pente A.H.)  En plus du dénuement matériel c'était la disparition de tous les souvenirs de famille et cela ne peut se payer.